405 Mi16 (09/1987 à 07/1995)

La gamme 405 a besoin d'image pour s'imposer sur le marché dominé par la Renault 21 et la Citroën BX. Pour affronter la Renault 21 Turbo, elle puise dans la banque moteur PSA dont le nouveau multisoupapes, le premier français de série, constitue la version la plus sportive. Ce moteur de 160 chevaux permet ainsi à la 405 Mi16 de devenir LA nouvelle sportive familiale Peugeot. Dotée d'une tenue de route amusante (châssis survireur) et efficace, elle séduit la clientèle par les sensations qu'elle offre. Les plus sportifs lui reprocheront un manque de couple à bas régime pénalisant pour les reprises. Le confort de suspension se distingue par son compromis confort/efficacité remarquable. En 1992, la 405 reçoit un tableau de bord plus cossu, un léger lifting extérieur, quelques kilos supplémentaires et... un moteur catalysé. Coup fatal pour la MI16 qui malgré l'augmentation de cylindrée (1998 cm3) se voit complètement castrée. La puissance tombe à 155 poney (même moins sur certains modèles après passage au banc) et le moteur perd son caractère rageur et sa hargne à hauts régimes.

X4...
Débarquée sur un marché initié 10 ans plus tôt par Audi avec son fameux système Quattro, la 405 MI16 x4 a connu une carrière peu mémorable tout comme sa rivale, la Renault 21 Turbo Quadra. Avec sa version intégrale, la 405 MI16 repousse pourtant les limites de la tenue de route et de l'adhérence. Le différentiel central de type épicycloïdal doublé d'un visco-coupleur répartit le couple à 53% sur le train avant et à 47% sur le train arrière, équipé d'un différentiel Torsen (voir rubrique: "Les 405 4X4"). Le système de la 405 est très efficace. Cependant, son caractère survireur à la mise en appui est ici atténué et la voiture se montre plus sous-vireuse. En revanche, il est plus frustrant d'avoir à se contenter d'un moteur trop creux à bas régime et d'une boîte mal étagée qui subissent le surcroît de poids.

La Mi16 jouit d'un équipement haut de gamme à l'époque. Elle avait de série à ses débuts, en 1987, en plus de la finition SR (voir rubrique "Finitions"), de 4 freins à disques (ventilés à l'avant), roues alu 14", indication de la température d'huile moteur, toutes vitres teintées, becquet AR, spoiler AV couleur carrosserie avec antibrouillard intégrés, bas de caisse avec élargisseurs d'ailes, volant sport de diamètre plus petit que sur les versions plus "basique". L'équipement de série s'est enrichie au cours des années (roues alu 15", ABR Bendix (ABS chez Bosch), climatisation, ...)

Les Mi16 avant 07/1990(photo ci-dessus) recevaient de petites roues alu de 14". A partir de cette date, et jusqu'en 07/1995, elle reçut des 15"(photo ci-dessous).

Le premier moteur multisoupapes français, commun à la BX GTi 16.

L'intérieur d'une Mi16 (ici en phase1).

La Mi16X4.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site